Comment débuter dans l’élevage de fourmis ?

Les fourmis sont des insectes très impressionnants grâce à leur capacité à construire leur empire. Comme les abeilles, la colonie de fourmis se centre sur la reine. Les ouvrières et les mâles font aussi partie de ce groupe, dont chacun a son rôle respectif pour faire fonctionner la société. Il n’y a rien de mieux que d’obtenir des fourmis pour étudier la vie de cette bestiole intelligente. Il existe quelques critères pour bien commencer dans l’élevage de fourmis. 

Bien choisir l’espèce

Le choix de l’espèce est le premier critère à prendre en compte pour bien commencer dans l’élevage de fourmis. En effet, la création d’une fourmilière implique la recherche de la colonie idéale. Il est conseillé, pour débuter une petite colonie de fourmis, d’acheter des fourmis qui sont présentes dans sa région ou dans son pays. Cela simplifie la mise en place dans un endroit favorable au développement de la colonie. Les petites bêtes n’auront pas à devoir se familiariser au climat de la région de l’éleveur. Pour débuter, les lasius ou les messor barbarus sont tout à fait adapter pour commencer l’élevage. En revanche, il est déconseillé de commencer l’élève par les espèces tropicales. En règle générale, le projet requiert plus d’expérience, donc inapproprié pour un débutant. 

A lire aussi : Plantes pour tortues : les choix secrets qui garantissent leur bonheur

La luminosité et la température

Au niveau de la température, chaque espèce a ses propres besoins spécifiques. En règle générale, l’insecte nécessite une température avoisinant les 25 °C. Par contre, on peut réguler la température dans la fourmilière avec un tapis ou un cordon chauffant. En revanche, certaines fourmis ont besoin de diapause durant l’hiver. La configuration de la luminosité est également essentielle lors de l’initiation à l’élevage de fourmis. Attention, la présence d’une source d’éclairage artificielle n’est pas indispensable. En effet, elle favorise le stress chez la petite créature. Il est donc très important de respecter les conditions de vie de ces insectes dans la nature pour espérer avoir une colonie en bonne santé. Pour que la colonie puisse se développer correctement, le nid doit être maintenu au maximum dans le noir. 

Avant d’obtenir des fourmis, la recherche de l’alimentation idéale est tout aussi essentielle. En effet, le bien-être de toute la colonie dépend de la qualité de la nourriture. Afin de bien commencer le projet, il est important de sélectionner les aliments bios sans pesticides. Ces petits insectes ont besoin également d’un apport de protéines régulier pour survivre. L’astuce pour éviter la prolifération d’acariens est de congeler les aliments 24 heures avant de les donner aux fourmis. De plus, il est déconseillé de rajouter fréquemment de l’aliment dans la fourmilière. Le mode d’administration de nourriture doit se faire à intervalle fréquent. Ainsi, il est recommandé de donner de la nourriture 2 fois par semaine.

A lire en complément : Protection des animaux en voie de disparition : découvrez les actions nécessaires pour les sauvegarder

Un espace adapté

La fourmilière artificielle doit être le reflet du nid à l’état sauvage. De ce fait, il est conseillé de placer dans un élément qui lui est familier comme le sable, le bois, argile, etc. Pour commencer, il ne faut pas placer directement la colonie dans un nid. Effectivement, cet espace est trop grand pour une jeune colonie. La fondation composée d’une reine et de quelques ouvrières. Cependant, l’idéal est de laisser les fourmis dans un tube à essai durant quelque temps pour qu’elles puissent se mettre à l’aise. Ensuite, on peut les relâcher dans l’endroit artificiel lorsque l’effectif a atteint 50 ouvrières.

Le choix de l’alimentation pour vos fourmis

La nutrition des fourmis est primordiale dans le processus de développement. Les insectivores se nourrissent d’insectes, les granivores mangent des graines tandis que les omnivores ont une alimentation plus variée. Il est donc indispensable de connaître la nature et l’alimentation préférée de chaque espèce avant d’en faire l’élevage.

  • Insectes : Cet aliment frais est très apprécié par toutes les fourmis qui en raffolent. Vous pouvez donner à vos protégées, selon leur taille, de petits morceaux de moucheron ou encore un grillon découpé en plusieurs parties.
  • Miel et sucre : C’est un complément alimentaire pouvant apporter du sucre facilement assimilable aux fourmis. Le miel peut être donné directement ou mélangé avec du sucre dans l’eau.
  • Fruits et légumes : Certains fruits tels que la pomme, la banane, le raisin ou encore la fraise peuvent aussi être distribués aux colonies comme compléments nutritionnels. Les légumes ne sont pas forcément appréciés mais ils restent bénéfiques pour leur santé.
  • Afin d’éviter tout risque sanitaire lié à une éventuelle contamination bactérienne ou fongique issues de certains aliments, il faut être vigilant lorsqu’il s’agit de la nourriture donnée aux fourmis. Il ne faut pas non plus donner de la viande, ni aucun aliment contenant des huiles essentielles car celles-ci peuvent être toxiques pour les fourmis.

    Il faut de la vie naturelle. En général, il suffit de disposer quotidiennement quelques gouttes d’eau sucrée ou du miel dans un récipient dédié spécialement au sein de la galerie pour assurer une bonne nutrition à sa colonie.

    Les bonnes pratiques d’entretien et d’observation de votre colonie de fourmis

    Une fois que vous avez créé un espace de vie confortable et adapté pour votre colonie de fourmis, pensez à bien nettoyer l’espace, propre et sec afin d’éviter la prolifération de moisissures ou autres parasites.

    • Vérifiez régulièrement le niveau d’eau dans le récipient dédié à cet usage. Les fourmis ont besoin d’un accès permanent à l’eau sucrée, mais attention, ne mettez jamais plus qu’il n’en faut, car cela pourrait inonder la galerie.
    • Nourrissez-les avec des aliments frais et variés en petite quantité tous les jours, tout en veillant à respecter leurs préférences alimentaires.

    Certaines espèces ont besoin :

    • D’une source de protéines animales comme des insectes (moucherons, grillons) une fois par semaine
    • D’avoir du sable fin ou encore mieux du coton hydrophile disposés dans leur habitat pour faciliter leur hygiène corporelle quotidienne
    • De lumière naturelle sans rayons directs qui permettent alors la photosynthèse.

    Certains produits sont donc proscrits tels que les antiseptiques ménagers ou encore les pesticides car ils peuvent être nocifs pour vos petites bêtes ainsi que leurs larves.

    L’observation :

    Après quelques jours, vous allez pouvoir observer les premiers signaux d’activité : la nourriture qui diminue ou encore la reine qui s’occupe des œufs.

    Pour surveiller leur développement et mieux comprendre leurs comportements, pensez à bien :

    • Faire preuve de patience car cela peut prendre plusieurs semaines avant que la colonie ne commence à se développer correctement
    • Observer leurs mouvements et interactions sans pour autant déranger leur habitat. Si vous souhaitez manipuler votre colonie, assurez-vous d’avoir bien lavé vos mains au préalable avec du savon ne contenant pas de parfum ni de colorant.
    • Prendre des notes sur l’évolution de leur habitat ainsi que le rythme de croissance afin d’être en mesure d’intervenir rapidement si nécessaire.

    Cette expérience unique permettra non seulement aux passionnés, mais aussi aux simples curieux de découvrir un monde fascinant tout en développant une meilleure compréhension des êtres vivants.

    Afficher Masquer le sommaire