Pourquoi faut-il assurer son cheval ?

On se l’est presque tous demandé une fois. Faut-il assurer son cheval ? La réponse à cette question est d’office, oui. Cette réponse est d’autant plus d’actualité lorsque l’on considère qu’il peut survenir de gros pépins durant la vie d’un cheval. Vous pouvez en ces moments-là sauver la vie de ce fidèle animal de compagnie sans pour autant vendre votre voiture, ou votre appartement. Voici donc dans cet article pourquoi il est bon d’assurer son cheval.

Pourquoi faut-il assurer son cheval ?

Lorsque l’on possède un cheval, il est important qu’il dispose d’une assurance cheval, que ce dernier soit un simple cheval de loisir ou un cheval sportif. Pour cause, en cas d’accident ou d’incident ou même du décès du cheval, l’assurance pourra couvrir toutes les charges ou bien une partie, selon les conditions de l’assureur.

A lire également : Comment réussir une incubation artificielle ?

Par exemple, la responsabilité civile, dite RC, pourra intervenir lorsque votre cheval s’échappe de son pré et percute une voiture, causant sa mort ou des dégâts humains. En ces moments-là, la responsabilité civile joue son rôle en indemnisant à votre place les victimes.

Ensuite, si vous disposez d’une assurance qui couvre les frais vétérinaires de votre cheval, en cas de chirurgie de colique par exemple, votre assurance pourra prendre en charge la totalité des frais ou une partie. Ce genre de chirurgie peut coûter assez cher, allant parfois jusqu’à 5000 euros, voire plus, en fonction des frais de médicaments, de pensions…

Lire également : Comment l'élévage agricole s'est-il automatisé ?

Le plus intéressant, c’est l’assurance mortalité. Ce type d’assurance vous rembourse intégralement la valeur financière de votre cheval en cas de décès. Valeur que vous auriez indiquée lors de la souscription à ladite assurance. D’autres types d’assurance prennent également en charge les dépenses liées à l’équarrissage, voire même celles liées aux matériels d’entretien.

Les différents types d’assurance de chevaux qui existent

Comme mentionner un peu plus haut, il y a plusieurs types d’assurances qui selon les termes convenus avec l’assureur, assurent telle ou telle charge du cheval. Entre autres, il y a par exemple l’assurance de la responsabilité civile, RC, que l’on contracte dans le cadre de l’assurance habitation, si les chevaux sont domiciliés chez vous. Il y a par ailleurs l’assurance mortalité qui vous solde la valeur financière de votre cheval, lorsque ce dernier décède. Ce sont là les assurances les plus exploitées. Il existe plusieurs autres types d’assurances qui sont assez bénéfiques, les unes, que les autres.

L’assurance des chevaux, combien ça coûte ?

En termes de coût, la majorité des assureurs donnent la possibilité d’obtenir des devis gratuits en ligne. Ainsi, pour avoir une idée exacte du coût, une fois sur leurs sites web l’on entre des données qui font fluctuer le coût tels que l’âge, les activités que pratique votre cheval — loisir ou sports, la catégorie de ses activités sportive, ou encore sa valeur monétaire, en ce qui concerne l’assurance mortalité.

Quels sont les risques couverts par l’assurance de chevaux ?

L’assurance des chevaux couvre différents risques, selon les besoins et les exigences de chaque propriétaire. Parmi eux figure l’assurance mortalité qui couvre la perte totale ou partielle du cheval, causée par un accident ou une maladie.

Les assurances responsabilité civile prennent en charge toute réclamation d’un tiers pour des dommages corporels, matériels ou immatériels que votre animal peut causer à autrui.

Il y a aussi l’assurance transport qui offre une protection lors des déplacements du cheval sur la route vers un concours hippique ou vers un centre vétérinaire. Cette assurance est particulièrement utile pour éviter les perturbations lors d’un voyage avec des animaux.

Il existe également des options supplémentaires proposées par certains assureurs, telles que l’assistance juridique destinée à régler les litiges liés au monde équestre, ainsi que la prise en charge de frais vétérinaires tels que les soins courants, le suivi ostéopathique et dentaire. Cela permet aux propriétaires de se protéger contre tout imprévu pouvant survenir dans leur élevage, durant leur activité sportive et dans d’autres situations où leur animal pourrait être concerné.

Souscrire une assurance pour son cheval s’avère indispensable, voire même obligatoire, afin d’éviter toute détresse financière liée aux aléas propres à ce domaine. C’est donc avant tout un moyen efficace pour garantir la sécurité du cavalier, mais aussi celle de sa monture face aux imprévus rencontrés dans ce domaine si spécifique qu’est celui du monde équestre.

Les démarches à suivre pour souscrire une assurance pour son cheval

Souscrire une assurance pour son cheval n’est pas compliqué. Il suffit de suivre quelques étapes simples pour être couvert en cas d’imprévus liés à cet animal tant apprécié des passionnés du monde équestre.

La première étape consiste à choisir l’assureur qui convient le mieux aux besoins et attentes du propriétaire de l’animal. Pour cela, il faut respecter les clauses du contrat souscrit et notamment signaler toute modification concernant l’état de santé ou le lieu de vie du cheval à la compagnie d’assurance. La plupart des assureurs exigent également une visite médicale régulière afin que l’état général et la condition physique du cheval soient décelables avant tout sinistre.

Souscrire une assurance pour son cheval peut être réalisé facilement en quelques étapes simples. Il suffit juste de bien se renseigner avant sur les différentes formules proposées par les assureurs afin d’être sûr(e) que celle choisie soit la plus adaptée aux besoins spécifiques du propriétaire ainsi qu’à ceux nécessaires pour garantir un avenir paisible et sain au sein des activités équestres.

Afficher Masquer le sommaire